vendredi 20 mars 2009

Des jours comme ça

Si vous êtes à Rennes vous le savez bien : les premiers jours de timide apparition du soleil et des petits zoziaux, tout le monde est dehors, en ticheurte, étalé sur les pelouses du Thabor ou en grappes aux terrasses. C'est une grande explosion de joie cutanée à l'arrivée d'un semblant de chaleur. C'est une période étrange comme je n'en avais guère imaginé qu'au Québec, où le printemps semble-t-il provoque un bouillonnement extraordinaire. Et il n'y a plus un chat (enfin si, les trois locaux) au Café Clochette.
C'est le moment que la maison a choisi pour me faire des entourloupettes. Les lumières qui s'éteignent d'un coup d'un seul et j'ai beau changer le fil, l'ampoule, la prise, ça ne marche pas plus ; et le soir même, la chaudière qui déclare forfait au moment où je lave les plats tout incrustrés de fromage grillé, la sueur au front en me disant que le lendemain ce sera douche froide. Jusqu'à ce que je comprenne que le plomb avait sauté - mais je ne suis qu'une faible femme voyez-vous et le plomb, ça ne m'a pas sauté aux yeux. La cuisinière qui se met à grésiller bizarrement. Le téléphone qui clignote comme un bienheureux tout joyeux de m'annoncer un message mais qui refuse de me dire de quoi il retourne et pour finir, tout contrarié de mon insistance, se met en grève définitive. Par solidarité sans doute. Le lave-vaisselle qui se met à chauffer, ils ont dû se passer le mot avec la chaudière "ah non moi cette semaine j'ai pas envie, vas-y toi". Ya pas, cette maison, quand je pense au zèle que je mets à gagner ma croûte et son toit, ça me met un peu en boule une telle ingratitude.
Et puis c'est ma machine perso qui s'est mise à dérailler, avec une belle bronchite qui m'est tombée pouf, comme ça sur les bronches. Sur le pied droit c'eût été étonnant, certes. Pour finir, une vieille dame bien sous tous rapports m'a engueulée parce que j'avais abandonné mes études. Ah oui, moi aussi j'ai eu du mal à la comprendre, celle-là ! j'en suis restée toute coite. Coite coite. J'en ai bafouillé des "m'enfin m'enfin" et encore une fois je n'ai pas trouvé la bonne réplique.
M'enfin bon, dans tout ça j'ai quand même réussi des petits gâteaux, d'ailleurs je reviens vous en causer sous peu. Alors le reste... on s'accroche et on continue, pas vrai ? Et puis le mystère s'épaissit, faut que je vous raconte...

2 commentaires:

BrightEyedMum a dit…

Matedi : expression pittoresque pour donner un avis plein de bon sens à quelqu'un qui ne l'écoute pas toujours de cette oreille. Prononcer en traînant sur le a.
Exemple : "Maaaatedi que tu f'rais bien de prendre soin de toi !"

Et bizzzzzzzzzzzz (le soleil pré-printanier en Bretagne ayant la fâcheuse habitude de me faire renifler dur, à cause de tout le boulot et le charme déployés...)

juliette a dit…

Soigne toi bien jolie cafelière
Même avec l'arrivée des beaux jours, je continuerais à venir me "réchauffer" le coeur et l'estomac au café clochette....

Blog Widget by LinkWithin