samedi 7 mars 2009

Avec ou sans

"On peut venir chez vous même si on n'a pas d'enfant ?"
Cette question me surprend à chaque fois. Est-on vraiment si habitué à la séparation de nos mondes, le nôtre et celui des enfants, pour craindre d'en passer la frontière en clandestin ?
Laisser les enfants revenir dans le lieu où ils n'ont d'habitude pas leur place, un restaurant, voilà ce que je voulais ; ça vaut dans l'autre sens, laisser les grands venir dans un lieu qui accueille des petits. Ces enfants qui sont gardés en crèche ou chez une nounou, on ne les voit pas beaucoup dans le monde du dehors, ils ne font guère que passer vite vite en poussette. Ceux qui vont à l'école, ils voient surtout ceux qui ont le même âge qu'eux et pas grand monde ne les voit, eux. On ne se croise décidément pas beaucoup, les enfants et nous.
Alors un endroit où tout le monde puisse venir, petits pour jouer, adultes sérieux pour déjeuner entre deux réunions sérieuses, adultes fatigués pour souffler un peu, grand-mère esseulée qui a envie de contempler les petits-enfants des autres... c'est ça l'endroit que j'aime voir vivre au quotidien.
"On peut venir chez vous même si on n'a pas d'enfant ?"
"Oui on peut, et si vous avez de la chance aujourd'hui vous en croiserez peut-être..."

1 commentaire:

slow a dit…

J'adore: "avec un peu de chance vous en croiserez peut-être"

Bises

Blog Widget by LinkWithin