dimanche 22 février 2009

Cinq minutes

"Mais voyons Madame, vous devez quand même y mettre un peu de mauvaise volonté, non ? ça ne prend que cinq minutes !"
Alors non, chère Madame, je n'y mets aucune mauvaise volonté. Je vous livre le petit calcul auquel je me suis moi-même livrée pas plus tard que tout de suite. Dans un quart d'heure, il y a trois fois cinq minutes ; des quarts d'heure dans une heure, il y en a quatre par définition. Donc dans une heure, on a trois fois quatre douze périodes de cinq minutes. Soit, sur une journée, vingt-quatre fois douze, deux cent quatre vingt huit (288) fois cinq minutes. Admettons que j'en utilise, à mon grand regret mais à mon corps défendant sinon il me fait des entourloupes, environ soixante-douze pour un roupillage bien mérité, il en reste deux cent seize (216). Otons un total de 16 pour, à vue de nez, douches diverses, petits déjeunages, émergeages brumeux, brossages de quenottes, emmitouflage, démitouflage, bâillements, retour de pieutage, etc., etc., en double exemplaire puisqu'il faut compter l'accompagnement actif d'un MiniLoup parfois rétif à ces opérations. Bon, ça nous laisse 200. Mille minutes, si vous préférez. C'est vrai que vu comme ça, ça a l'air beaucoup. Alors dans ces 200, qu'est-ce qu'il faut caser ?
Outre la moyenne de durée d'ouverture quotidienne de six heures je veux dire, soit soixante-douze périodes de 5 minutes durant lesquelles les cinq minutes s'enchaînent, se piétinent, se coltinent, se bousculent, s'agrègent et se mélangent joyeusement.
Et bien dans ces 128 plages de 5 min restantes, il faut caser des tas de trucs qui ne prennent que 5 minutes.
Effacer et écrire le menu sur l'ardoise, à l'intérieur et dehors.
Eplucher 5 kilos de patates par jour, grosso modo, entre frites et purée pour le hachis Parmentier.
Mettre en marche le cuiseur à riz.
Se faire un petit thé.
Passer Eustache, puis laver soigneusement, rapport aux mouflets qui rampent et qu'il vaut mieux préserver des microbes ambiants si c'est possible. (Un peu plus de 5 minutes au total).
Mettre, enlever des chaussons/chaussures/bonnet/pantalon qui glisse.
Ranger les bouteilles de vin nouvellement arrivées.
Ouvrir et aplatir les cartons de bouteilles.
Penser à aller noter le menu du jour sur le site.
Faire la liste des courses pour la prochaine fois.
Trier le courrier en retard. Remplir quelques chèques.
Passer un coup de fil ou deux dans une administration (dévorateur de 5 minutes).
Ebaucher la compta de la semaine.
Faire la liste des choses dont il faudrait faire la liste pour penser à les faire.
Faire la liste des plats sur la semaine.
Faire revenir des petits lardons pour le coq au vin.
Vérifier les messages, des fois qu'il y ait une réservation.
Batailler avec le répondeur qui ne veut pas livrer les messages.
Renoncer à gagner la bataille et se consoler avec une nouvelle tasse de thé ou du café blanc, pour changer.
Compter les boîtes de thé, courir à l'étage chercher ce qui manque, en profiter pour lancer une lessive.
Mettre des croquettes dans le bol des chats. Faire une caresse ou deux sur les dos qui passent à toute allure pour aller croquer les croquettes.
Ranger quelques jouets.
Redescendre à toute allure pour aller éteindre sous les lardons.
Remonter chercher les boîtes de thé. Vérifier l'heure pour aller chercher MiniLoup à l'école. Décider qu'on a encore cinq minutes.
Jeter dans un sac le téléphone, la liste des courses, un porte-monnaie et deux-trois trucs qui traînent.
Revenir chercher le téléphone qui n'avait pas fini sa course dans le sac, finalement.
Revenir chercher les clés de la voiture.
Penser à aller noter le menu du jour sur le site.
Courir très très vite parce que cette fois, MiniLoup va attendre à l'école.
Etc. etc.

Alors il arrive qu'au détour d'une journée banale au Café Clochette, non Madame, je ne trouve pas le temps de prendre cinq minutes pour lire votre publicité pour une assurance dont je n'ai pas besoin, déjà que je prends cinq minutes pour vous répondre alors qu'il est 12h45, qu'il y a douze personnes qui ont faim dans la salle et que vous commencez à me courir sérieusement sur le haricot.
Tiens, avant que j'oublie : il faut que je pense à aller noter le menu du jour sur le site. Le menu de demain, du coup. Ah non, demain c'est lundi.
Enfin tout ça pour dire que des cinq minutes par-ci par-là, ça ne court pas les rues par ici en ce moment. Ce billet ? comment ça ce billet ? ah, ce billet ? oh, ça ?
Mais ça c'est pas pareil, ça ne m'a pris que cinq minutes.

6 commentaires:

juliette a dit…

Pascale ou comment mettre les gens de bonne humeur le dimanche matin;-)
C'est un régal de te lire
Juste une question c'est quoi du café blanc??
Bon allez je file habiller les troupes, la piscine nous attend!!!

BrightEyedMum a dit…

Ah oui, du café blanc, c'est très très bon ça... même pour les gens qui n'aiment pas le café-fé... Tiens je m'en ferai un après le repas que... oh la la, mais il ne reste que 5 minutes pour le préparer...

Allez, j'ai encore un cinquième de 5 minutes quand même :
Alitie : n.f. partie de matinée passée encore allongée sous la couette mais avec une tigresse haute comme trois pommes qui vous fait un massage du pauvre homme, réclame à suivre "maman tu te lèèèèèèèèèèèves !", "on va p'tit déjeuner ?", "tétéééééééééééé", "il est où papa ?", "alleeeeeeeez !" et finit par se rendormir 3 fois 5 minutes pour le plus grand bonheur de son insomniaque de mère...

Valérie a dit…

J'aime veaucoup venir te lire, c'est un régal !
Par contre, je ne sais par quel miracle googlesque je réussis actuellement à laisser un commentaire, mais quand on est sur la page de tes articles, on fait comment pour commenter ???
J'suis pas très forte, moi !

Valérie a dit…

Ah bah ça y est, j'ai trouvé !!!
Pardon du dérangement, ça n'a pas dû te prendre 5 minutes, c'est ce qui me rassure !!!
;-))

Pascale a dit…

Valérie :-D

juliette a dit…

oui mais c'est quoi du café blanc????

Blog Widget by LinkWithin