dimanche 1 février 2009

Avec une paille

Vivre au Café Clochette, c'est un peu comme une plongée permanente dans la belle-famille ; vous savez, la première fois que vous êtes présenté/e à la famille de votre cher/ère et tendre et qu'on vous présente tout le monde ?
"Alors voilà le cousin Gaston, et la tante Jeanne, et voilà tata Léonie, et encore mon beau-tonton, et son premier fils, et la copine du fils, et le fils de la copine du fils qui s'appelle Jules. Et voilà grand-maman Julienne et son chat Jean-Charles et le jouet du chat qui s'appelle Bidule. Etc, etc." C'est un tourbillon permanent de nouveaux visages et de nouveaux noms. Je vous en avais touché deux noms, je veux dire deux mots, j'ai des difficultés à retenir le nom des gens quand je n'ai pas vu ce nom écrit. Et bien à ma grande surprise, je ne m'en tire pas trop mal finalement. Certes, il m'est arrivé de saluer la boulangère dans la rue en lui parlant de son fils et de comprendre à son air surpris que non, ce n'est pas la maman du petit garçon venu deux jours plus tôt et que si mon visage m'est si familier, c'est que je la vois tous les jours dans sa boulangerie. Mais ça pourrait être pire. Et puis quand les gens sont venus deux, trois fois, je finis par relier dans mon petit crâne leur visage et leur nom, et ça roule tout seul. Encore des efforts à faire mais finalement ça va !
J'ai passé une bonne partie de la journée d'avant-hier à distribuer des pailles. C'est curieux, d'habitude les enfants boivent leur jus de fruit en quatrième vitesse avant de foncer jouer, hier par contre ils avaient envie de prendre leur temps pour boire et pour le faire dans les formes. Avec une paille. "Je peux avoir un jus de fruit ? et moi aussi ! avec une paille ! moi aussi !", et tous les autres d'arriver avec leur verre "moi aussi, moi aussi une paille !". Même ceux qui ne s'étaient pas croisé dans la journée, c'est comme s'ils s'étaient donné le mot. Au déjeuner, au goûter, au dîner. Comme une traînée d'envie de paille qui se serait abattue sur la ville. Vous avez remarqué ça de votre côté ou c'était juste une mini tornade sur le Café Clochette ?
En ce moment, il se joue un jeu de cape-chat dans les commentaires du blog et ça me fait beaucoup rire. Allez donc y jeter un oeil si vous n'avez pas l'habitude de le faire, il y a des gens de grand talent par ici...
Une petite contrariété ? des zaffreux ont bousillé la boîte à lettres, laissée pour morte, complètement défigurée, dans la nuit de jeudi à vendredi. Ils ont également déglingué le support à plantes de Histoire de thés, le restaurant-salon de thé de mon amie Cécile juste à côté et arrosé la devanture des Pieds dans le plat, chez Hélène, avec du coca. Voilà qui est très intelligent. Fripouilles, tiens.
En parlant de petites fripouilles, voici la version maison.

Cette jeune demoiselle nous fait des mines.
Elle vit aussi de grandes aventures, voyez plutôt :

En cuisine aussi, il s'en passe, des choses :

4 commentaires:

BrightEyedMum a dit…

Peodir : v.tr. faire des compliments via la blogosphère. Exemple : Pascale a récemment péodi les commentateurs (rougissants) de son blog.

Ici la paille-secours des soupes qui n'en finissent pas d'être bues n'ont plus trop la cote...

Emilie Sam Quentin a dit…

Ici aussi en ce moment c'est paille-party !
Et une couleur différente pour chaque jour en plus !

Anonyme a dit…

ho bah ça alors, ils me font des yeux les machins là ( zut quelqu'une a rappelé le nom de ces choses il y a peu et j'ai oublié)....c'est fait exprès???
Bozlen : mot pour rappeler à la Lèna insomniaque qu'au lieu de vaquer à rien du tout sur internet à 3h du mat avec une infusion pomme-cassis, qu'elle ferait bien mieux d'aller se recoucher parce que demain elle bozlen!et dès 8h du mat encore...pfff
bisous
et à tout bientôt ( comment il a su pour mon pseudo ce kamchaka...ou truc machin chose en a.... c'est vraiment aléatoire????
Lèn

Bérangère a dit…

tiens c'est marrant on est voisines, j'habite en bas des Lices, mes enfants sont un peu grands pour le café clochette mais c'est une super idée....

Blog Widget by LinkWithin