vendredi 2 octobre 2009

Il est fou ce doc


Moi, je veux bien "faire avaler un comprimé matin et soir pendant cinq jours", mais... quand il s'agit d'un Timirrou, l'aventure nous attend au tournant et c'est pas forcément une partie de plaisir.
Récapitulons.
Premier soir. "Timirrou, viens prendre ton comprimé !" Le dossier du canapé vibre encore, le chat s'est envolé sur l'étagère. Puis l'étagère d'à côté, le deuxième canapé, hop, zoum, pouf, plus de chat. On fonce sous le lit, pas de chat. L'armoire ? pas de chat. La salle de bain ? ben non. Plus de chat, du tout, nulle part. On descend éplucher des champignons pour la blanquette et qui c'est qui arrive, le museau tout frétillant, dans l'espoir de chiper un champignon pour son apéro ? Timirrou. Seul problème, le comprimé est resté à l'étage et le temps de monter le récupérer, trois champignons, et le chat, ont disparu. Une heure plus tard, qui est-ce qui vient se pelotonner en ronronnant pour s'endormir peinard après toutes ces émotions ? ben oui, le chat. Sauf que le comprimé, etc.
Premier matin. On se réveille tout chiffonné de sommeil, sauf le chat qui s'étire et part croquer ses nouvelles croquettes qui ont l'air, ma foi, très bonnes. On passe discrètement saisir le comprimé et on s'approche en sifflotant du chat qui croque ses croquettes, avale, vous regarde l'air étonné et à la dernière seconde se fait la malle, on plonge, on attrape le gigoton qui se débat, yiha ! on l'a. Il ne reste plus qu'à lui pousser le comprimé dans le gosier. Il refuse de desserrer les dents. On le chatouille, aucun résultat. On lui raconte une blague* pour le dérider. Ca marche pas. On tente un passage en force et hop, le comprimé dans la bouche en évitant les canines. Sploutch. Recraché, le comprimé. Qui tombe dans une rainure de l'escalier, là où même l'aspirateur n'arrivera jamais à l'atteindre. Bon. La mare dans l'homme (on devient fatigué), on va chercher un autre comprimé, mais sans y croire une seconde. Et ben oui. Il est parti quand on revient. Et il passe la journée à montrer sa truffe quand 1) le Café est plein et qu'on ne peut pas quitter les fourneaux 2) on a les mains pleines de farine sans gluten pour faire la tarte danoise 3) MiniLoup réclame instamment et instantanément un goûter. C'est sans espoir (pas le goûter, le comprimé).
On n'est même pas rendu au deuxième soir.
Il est fou, ce doc, non ?

* Comme celle-ci par exemple : "Comment le couple de mille-pattes est-il entré dans l'arche de Noé ?" "Bras dessus, bras dessous, bras dessus, bras dessous, bras dessus..."

6 commentaires:

Stéphanie a dit…

nous la technique pour notre cher Croutard était comprimé réduit en poudre dans de la compote, peut être que Casimir aime la compote ?

Pascale a dit…

Stéphanie : ben pas vraiment... on a même essayé le fromage : il mange le fromage autour et recrache le comprimé. Trop fort.

juliette a dit…

est-ce que la suite s'est passée plus tranquillement?

Pascale a dit…

Juliette : en un mot comme en cent : non.

Audrey a dit…

Bon un peu en retard mais voilà la méthode pour donner une pilule à un chat.
Je précise que j'en ai un de chat, donc je compatis !
http://attentionalaterre.blogspot.com/2008/09/comment-faire-avaler-une-pilule-un-chat.html

Pascale a dit…

Merci Audrey, j'ai beaucoup ri !

Blog Widget by LinkWithin